La Convention collective nationale des entreprise du secteur privé du spectacle couvre les entreprises de droit privé indépendantes des pouvoirs publics dans leur gouvernance. Le financement public ou le conventionnement sont possibles mais les choix artistiques et autres restent indépendants. (IDCC 3090 brochure n° 3372)

Elle est la fusion de 2 conventions étendues et accords préalables auxquelles ont été rajouté des champs qui n’étaient pas couverts, ce qui explique sa complexité. Elle s’organise en clauses communes et 6 annexes :

  • Annexe 1 : spectacles dramatiques, lyriques , chorégraphiques et de musique classique
  • Annexe 2 : spectacles de chanson, variété, jazz et musique actuelles
  • Annexe 3 : spectacles de cabarets
  • Annexe 4 : spectacles en tournée
  • Annexe 5 : spectacles de cirques
  • Annexe 6 : spectacles de bals

Regarder les dispositions de près, il y a des renvois d’une annexe à une autre.
Par exemple, l’annexe 4 censée régler les conditions en tournée ne s’applique pas toujours de la même façon selon le secteur d’origine Ainsi :
Annexe 1 : si au cours d’une tournée < 25 représentations dans un même lieu => hors tournée.
Annexe 3 : tournée = au moins 3 lieux différents de celui ou il a été produit et période > 15 jours

Champ d’application

La présente convention et ses annexes règlent, sur le territoire national (France métropolitaine et DOM), les rapports, les conditions de travail et de salaire ainsi que les questions qui en découlent entre :

  • d’une part, le personnel artistique, technique, administratif, commercial et d’accueil ;
  • et, d’autre part, les personnes physiques et morales du secteur privé à vocation artistique et culturelle dont l’activité principale est le spectacle vivant, qui créent, accueillent, produisent, présentent en tournées ou diffusent des spectacles vivants.

On entend par spectacle vivant la représentation en public d’une œuvre de l’esprit présentée par un artiste au moins, en présence d’un public.
Sont ainsi visés notamment les entrepreneurs de spectacles vivants du secteur privé titulaires d’une ou plusieurs des licences visées à l’article 2 de la loi n° 99-198 du 18 mars 1999 portant modification de l’ordonnance du 13 octobre 1945 relative aux spectacles, dont l’activité principale est une activité :

  • d’exploitants de lieux de spectacles vivants aménagés pour les représentations publiques ;
  • et/ ou de producteurs de spectacles vivants ou d’entrepreneurs de tournées ;
  • et/ ou de diffuseurs de spectacles vivants telle que définie par la loi susvisée.

Cette convention collective unique du spectacle vivant privé s’appuie sur le champ défini dans l’accord étendu du 22 mars 2005 (document de référence A) qui délimite un secteur privé et un secteur public dans le spectacle vivant.

Il est rappelé que les entreprises du secteur privé sont des entreprises ou des associations de droit privé, indépendantes des pouvoirs publics (Etat et/ ou collectivités territoriales) en matière d’orientations artistiques, pédagogiques, sociales (actions vis-à-vis de publics ciblés) territoriales ou culturelles.

Il est rappelé que, aux termes des dispositions actuelles de l’accord interbranches du 22 mars 2005, les entreprises peuvent bénéficier de conventions pluriannuelles de financement de la part de l’Etat et/ ou des collectivités territoriales, sachant que les entreprises ou les associations bénéficiaires de ces conventions pluriannuelles restent globalement indépendantes des pouvoirs publics dans leur fonctionnement, que ce soit sur le plan économique ou en matière d’orientations artistiques, pédagogiques, sociales, territoriales ou culturelles.

Le champ d’application du secteur public est défini dans l’accord interbranches en document de référence A.

TARIFS

Voir document récapitulalif ici

 

Lien sur Légifrance