NOUVELLE EDITION DU GUIDE PRATIQUE 2019-2020

Ce guide est une publication de la CGT Spectacle

Bon de commande

Avant-propos

Cette nouvelle édition du « guide pratique des droits des salariés du spectacle, du cinéma et de l’audiovisuel » a été retardée pour tenir compte de la nouvelle réglementation sur l’indemnisation du chômage et il y a eu le mouvement social qui a démarré début décembre sur les retraites qui a également différé la publication de cet ouvrage.

S’agissant de l’assurance chômage, les premières mesures prévues par le décret gouvernemental du 26 juillet 2019 sont entrées en vigueur depuis le 1er novembre 2019. D’autres sont programmées d’ici le 1er avril 2020 avec pour conséquence le rabotage des droits de la plupart des allocataires.

Si le gouvernement n’a pas osé toucher aux annexes 8 et 10, il n’a pas tenu compte de l’avenant professionnel du 21 janvier 2019, signé unanimement par les syndicats de salariés et les employeurs, qui vise à améliorer l’accord de 2016.

L’année qui s’achève a été également marquée par la mise en œuvre de la loi du 5 septembre 2018 sur la formation professionnelle. En définitive notre mobilisation n’aura pas été vaine puisque l’Afdas a été le 29 mars 2019 agréé opérateur de compétences dans le champ de la culture, des industries créatives, des médias, de la communication, de la télécommunication, du sport, du tourisme, des loisirs et du divertissement. Au-delà, et comme nous le craignions, cette réforme se traduit par une perte de droits individuels pour tous les salariés qu’ils soient permanents ou intermittents.

L’exemple le plus flagrant de ce recul des droits individuels est le compte personnel de formation de transition qui a pris la suite du congé individuel de formation depuis janvier 2019 dont la gestion n’est plus assurée par l’Afdas mais par des commissions paritaires interprofessionnelles régionales.

Et puis, il y a le projet de réforme sur la retraite (qui à ne pas en douter occupera encore une place centrale dans l’actualité sociale en 2020) piloté par l’Élysée, qui comme le souligne la Cgt, vise à nous faire travailler plus longtemps avec une pension aléatoire en fonction d’une valeur du point fluctuante.