Se former

La loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » entrée en vigueur le 01/01/2019 impacte fortement les dispositifs de formation professionnelle.

Le Congé Individuel de Formation (CIF) disparait au profit du Compte Personnel de Formation de Transition (CFPT). Ce dernier, avec le Compte d’engagement citoyen (CEC) et le Compte professionnel de prévention (CPP) est regroupé au sein du Comte personnel d’activité (CPA).

Votre CPA est consultable sur ce portail : mon compte activité, qui fournit une explication détaillée.

L’AFDAS, qui bénéficiait d’une dérogation pour gérer le CIF (notamment celui des intermittents), n’a pas obtenu de dérogation pour gérer les CPF de transition en tenant compte des spécificités de nos secteurs : contrats courts, volume d’activité fluctuant chaque année et alternances de périodes d’emploi et de chômage.
moins de trouver une solution avec le Ministère du travail, c’est la règle commune qui devrait s’appliquer : avoir travaillé 24 mois au cours des cinq dernières années, dont 4 mois en CDD dans les 12 derniers mois. A l’évidence, l’accès au CPF de transition sera difficile pour beaucoup de musiciens.ne.s.

En outre, les périodes travaillées ouvrent droit à l’acquisition d’heures au titre du CPF selon des modalités revues à la baisse :

  • pour un salarié à temps plein, 24 heures par an jusqu’à un plafond de 120 heures, puis 12 heures par an jusqu’au plafond de 150 heures ;
  • pour un salarié à temps partiel, les heures sont calculées au prorata du temps travaillé.

Les heures cumulées avant le 31/12/18 seront converties en une somme en euros, fixée par décret.

Sur le site de l’AFDAS : le compte personnel de formation

En résumé, l’accès à la formation professionnelle est sérieusement entravée dans nos secteurs à partir de 2019.
C’est d’autant plus dommageable que nos entreprises considèrent depuis des années que c’est aux salariés de gérer individuellement leur « employabilité ». Si ce n’est plus faisable dans des dispositifs adaptés et pris en charge, ce devra être fait sur le tas : le contraire d’une « liberté de choisir ».