Cafés-cultures

GIP CAFÉS-CULTURES C’est parti !

Les artistes peuvent d’ors et déjà informer et solliciter les établissements susceptibles de bénéficier du dispositif.

Le Dispositif est opérationnel sur les territoires des collectivités territoriales adhérentes à ce jour :

- collectivités territoriales - budgets engagés - capacités d’emploi -
Pays de la Loire
85 000
870 salaires aidés*
Nantes
40 000
405 salaires aidés*
Montreuil
5 000
51 salaires aidés*
Rennes
9 500
97 salaires aidés*
Dole
4 750
47 salaires aidés*
Paris
47 500
485 salaires aidés*
Alsace
9 500
96 salaires aidés*
Franche Comté
28 500
291 salaires aidés*
Aquitaine
9 500
97 salaires aidés*
Toulouse
47 500
485 salaires aidés*

*Base salaire : budget global de 150€ (cachet 102 brut) aidé à 65% de la masse salariale) - Sources GUSO

En prévision pour 2016 : Essonne, Dieppe, Région Centre, Hautes Alpes, Alpes de haute Provence, Pau...

Voir aussi le PROTOCOLE DE BONNES PRATIQUES signé chaque année avec l’UMIH


Retrouvez bientôt le dispositif sur son site internet : www.gipcafescultures.fr
Contact Mail : contact@gipcafescultures.fr
Tél : 09 72 45 23 54

Téléchargez la plaquette à l’intention des artistes
Télécharger la plaquette à l’intention des collectivités territoriales

Après dix ans de négociations, de réunions de travail avec tous les partenaires fondateurs, dont le SNAM-CGT, le Groupement d’Intérêt Public (GIP) des Cafés-Cultures est enfin mis en place.

Il reste à en faire la publicité le plus largement possible, les artistes musiciens-es se doivent d’informer les employeurs visés par ce dispositif. De même, il devient primordial d’accéder à la syndicalisation pour les artistes en contact avec ces employeurs afin qu’ils trouvent un appui des syndicats Cgt dans le cadre de ce dispositif.

Les responsables syndicaux dans les organisations du SNAM-CGT s’attachent désormais à informer et argumenter auprès des responsables politiques en charge de la culture et des instances territoriales en capacité de décision pour l’adhésion au GIP, et en visant au plus large la création d’emplois artistiques. Ce dispositif unique en son genre a pour vocation de créer un bassin d’emplois artistiques important sur tout le territoire, le SNAM-CGT appelle tous ses membres à agir de tous cotés pour son développement.


Un peu d’histoire
Au cours du Printemps de Bourges 2005, la délégation Cgt en déplacement sur le site pour assurer une permanence syndicale pendant le festival se retrouve pour diner dans un café restaurant accueillant des groupes de musique. C’est pendant ce moment qu’ils évoquent les fondations d’un dispositif permettant d’aider l’emploi artistique dans les petits établissements, premiers lieux de diffusion des spectacles professionnels et amateurs.

Biennales Internationales du Spectacle de Nantes (BIS) édition 2006 : le collectif Bars-Bars lance un débat sur les activités de spectacle dans les bars et le SNAM-CGT intervient pour suggérer l’idée d’un dispositif d’aide.

Les 16 et 17 janvier 2008, les premières rencontres nationales des Cafés Cultures se sont déroulées à Nantes, lors des Biennales Internationales du Spectacle. Elles ont permis d’identifier précisément les difficultés rencontrées par ces établissements et de déboucher sur de réelles avancées et perspectives pour les Cafés Cultures.

Suite à ces rencontres nationales, l’ensemble des partenaires ont mis en place une plate-forme nationales sur les « cafés cultures » réunissant le Ministère de la Culture (DMDTS), le Ministère de l’Intérieur, les syndicats professionnels SNAM-CGT et UMIH, le Collectif Culture Bar – Bars, la Région Pays de la Loire, la Région Aquitaine.

Pour sécuriser l’exposition de la pratique en amateur, la conférence de presse du 29 mars 2011 a été l’occasion de la signature du « protocole de bonnes pratiques » signé par l’UMIH (syndicat d’employeurs des HCR) et par le Snam-Cgt (voir le document). Ce protocole est régulièrement confirmé depuis.

Une expérimentation a débuté en 2012 en Pays-de-la-Loire. Le passage de l’expérimentation à une mise en œuvre nationale est en cours de construction par le biais d’un comité technique (sous l’égide de la DGCA) et de la plate-forme nationale des Cafés Cultures. Ce sont une subvention de la région et des fonds privés de la filière boisson gérée par le pôle des musiques actuelles qui a été employée pour cette phase pilote du dispositif. (200 000€ soit environ 2 500 CDD dit d’Usage) qui ont été aidés.

16 avril 2015, lancement officiel du GIP Cafés-cultures au ministère de la Culture




SNAM - CGT - 14 /16 rue des Lilas 75019 Paris - 01 42 02 30 80 - snam-cgt@wanadoo.fr